Aller au contenu principal

Eplefpa

COURCELLES-CHAUSSY (57)

Le château d'Urville

 

Haut lieu du pays messin, le site de l’Eplefpa de Courcelles-Chaussy a hérité de l’ancienne résidence d’été de Guillaume II. L’architecture des bâtiments et le parc offrent ainsi un cadre remarquable chargé d’histoire.

Couronné roi de Prusse et empereur d’Allemagne en 1888, Guillaume II de Hohenzollern fait l’acquisition, deux ans plus tard, du domaine d’Urville afin d’établir son relais de chasse en Lorraine.
Le premier château d’Urville fut construit au XVème siècle, puis remanié dans le style Renaissance. Il est alors agrémenté d’un vaste parc de vingt hectares, entouré par trois kilomètres de clôture et une forêt giboyeuse de trente-cinq hectares, délimitée par des fossés.

Les premiers travaux de restauration, engagés par l’Empereur, débutent en 1891 avec l’installation du télégraphe, du téléphone, puis du chauffage central. La première visite de l’Empereur a lieu le 5 septembre 1893. Accueilli par plus de dix mille personnes, Guillaume II prend officiellement possession de son nouveau domaine.

À partir de 1900, les habitants de Courcelles-Chaussy ont accès au bureau de poste, installé dans la cour du petit château et toujours visible. Une gare privée est construite sur la commune et relie directement la gare de Metz.

En 1902, à l’initiative de l’Impératrice, Courcelles-Chaussy se dote d’un pensionnat pour jeunes filles protestantes. L’empereur veut ainsi gagner le cœur de la population lorraine dans cette région annexée.

Guillaume II effectuera quatorze séjours entre 1890 et 1913 à Courcelles-Chaussy, souvent accompagné de sa famille. L’Empereur aime se rendre sur son domaine pour participer à des chasses mais aussi à des manœuvres militaires. Le soir, il se retire dans son château pour y accueillir des personnalités telles que l’archiduc d’Autriche, François-Ferdinand, ou le roi d’Italie.

Son dernier séjour date de 1913. Après la guerre, le château d’Urville est abandonné et reste sous séquestre jusqu’en 1927. Le site, classé monument historique, devient propriété du Ministère de l’Agriculture. Depuis, il est devenu un établissement public d’enseignement agricole composé de trois centres de formation et d’une exploitation de deux cents hectares.